Accéder au contenu principal

Articles

Sélection

La nuit flotte sur les toits...

J'ai perdu ma plume, Baudelaire a fui, mes amitiés s'effritent, la brume s'obscurcit, les gens passent indifférents, que fais-tu toi que j'attends ? Ne me vois-tu pas sur ce trottoir, dans le noir, dans le froid ? Je pleure ne m'entends-tu donc pas ?
Oh mon soleil qui que tu sois, homme, liberté, oiseau, viens, viens, on s'en va ! Si un jour je me penche sur cette fille dans cette chambre froide, si un jour je souris en voyant les mots se tracer sous sa main, si ce jour je connais le clé du bonheur... je le savoure ce jour, je le hume haletante, mon cœur tressaille dans sa cage...
La nuit flotte sur les toits et les hommes, et bientôt elle nous enveloppera de son voile de silence, délivrance et mort.

Derniers articles

J'ai 17 ans

Lointains échos

Corne de brume

Monsieur Tousseul

Une main...

Rahan, l'homme libre

La complainte de l'aimée ou "Tu m'avais laissée-là ..."

Le rêve de Raymonde

Des ailes et des oiseaux au ciel...

La crise